La Transition collaborative, comme la transition numérique, est inéluctable pour chaque entreprise. Elle ne se fera pas au même rythme, ni de la même façon pour toutes les entreprises mais chaque décideur aujourd’hui doit se poser cette question : comment vais-je faire pour faire évoluer mon entreprise vers un fonctionnement plus collaboratif ? 

Cette transformation, et donc la phase de transition qui va avec, sont inévitables pour l’entreprise. Elles sont le corollaire de transformations socio-économiques plus globales qui mènent à un ensemble de besoin largement identifiés :  gestion de la complexité, de l’incertitude, développement de la réactivité et raccourcissement des chaines de décision, autonomie, facilitation des innovations,  …

La notion « d’empowerment » prend aussi une place centrale et l’engagement des collaborateurs est désormais un atout essentiel pour les entreprises qui l’ont développé. Cette notion « d’empowerment », cette volonté de pouvoir agir, transformer, être acteur, est un changement qui ne se limite pas à l’entreprise mais constitue un véritable mouvement de fond qui se retrouve dans toutes les sphères de la société (les bénéficiaires d’aides deviennent co-constructeurs des projets qui les concernent, la démocratie se veut plus participative….)

Et si cet argumentaire ne suffisait pas à convaincre l’entreprise qu’elle doit évoluer pour adopter un fonctionnement plus collaboratif, les nouveaux entrants sur le marché du travail se chargeront d’imposer leur vision en mettant très clairement dans la balance de leurs choix professionnels le mode de fonctionnement des entreprises qui les convoitent.

Les entreprises qui n’entrent pas aujourd’hui de façon construite dans cette démarche, y entreront donc certainement un peu plus tard mais peut-être de façon plus chaotique et précipitée, et donc plus risquée,  pour rattraper leur retard.

Reste à savoir comment se transformer sans risquer de déstabiliser complètement l’entreprise. Les méthodologies sont nombreuses et variées. Chaque entreprise devra trouver celle qui s’adapte le mieux à sa culture et à son ADN.

Certaines sont radicales, d’autres moins axées sur la rupture. Ejio s’inscrit dans cette seconde approche qui capitalise sur les points forts et les valeurs de l’entreprise pour engager les collaborateurs et proposer une méthodologie basée sur une évolution progressive par itérations et incrémentations, menée par des « Relais de Transition » internes préalablement formés. 

  

.